6e journée africaine de la décentralisation et du développement local au Cameroun

Le 10 août dernier dans la salle des Actes de la Communauté urbaine de Yaoundé, les élus locaux et autres acteurs de la société civile se sont réunis pour célébrer en concert avec les autres pays du continent, la 6e journée africaine de la décentralisation et du développement local.

À l’initiative des « Communes et Villes Unies du Cameroun (CVUC) » avec le concours du Ministère de la jeunesse (Minjec) et celui de l’Administration territoriale et de la décentralisation (Minatd), cette célébration s’est construite autour de la thématique de cette année qui est : « Égalité des chances, autonomisation socio-économique et participation des jeunes à la gouvernance locale et au développement local en Afrique ».

Il était question par cette problématique riche d’enjeux, d’interroger à la fois la participation de la jeunesse africaine à l’économie locale et d’entrevoir l’impact de celle-ci dans l’économie numérique.

Il en est ressorti de ces échanges nourris, que malgré des efforts considérables effectués par le gouvernement camerounais en faveur d’un accompagnement des jeunes, (à travers notamment, les Centres multifonctionnels, l’appui dans la réalisation de projets, la mise en place de la politique nationale de la jeunesse), il reste encore beaucoup à faire.

Il y a en réalité, urgence de promouvoir davantage les milieux associatifs et autres regroupements de jeunes. Il faut encourager les jeunes à participer encore plus, aux rendez-vous nationaux et internationaux (surtout ceux liés à l’entreprenariat et la démocratie). Il faut impliquer la jeunesse dans le processus de transfert des compétences aux différentes collectivités décentralisées.

En effet, cette jeunesse estimée à environs 11.056.000 habitants (11-64 ans), représente un véritable réservoir, pourvoyeur de richesse et d’innovation. Les jeunes multiplient les startups, les logiciels et autres programmes liés aux technologies de l’information et de la communication. C’est d’ailleurs pour répondre à ce problème d’accompagnement de jeunes, que le projet « KIROO Rebuntu » a été initié récemment suivant ainsi le pas de « KIROO Games », premier jeu 100 % camerounais. Pour Olivier Madiba, le promoteur, « les jeunes doivent faire appel à un sursaut patriotique pour aborder une nouvelle ère du numérique ». Pour cela, continu t-il, « ils doivent convertir les longues heures à boire les bières en heures de recherches sur internet ».

x
Lire