Yves Ntsama : « Le Coworking revient moins cher que de louer des bureaux »

Des centres qui accueillent des dizaines d’autoentrepreneurs, où l’on peut louer un espace de travail, tenir des réunions ou bénéficier de services de bureaux, etc., c’est une image de plus en plus fréquente. Ce concept de « coworking », encore appelé travail coopératif, est un type d’organisation du travail qui regroupe deux notions : un espace de travail partagé mais aussi un réseau de travailleurs encourageant l’échange et l’ouverture. Appartenant à l’économie collaborative, le coworking a vu le jour en 2005 aux Etats-Unis, mais il faut toutefois attendre 2010 pour voir apparaître ce système au Cameroun.

Aujourd’hui on compte environ une vingtaine d’espaces de coworking au Cameroun, basés pour la plupart à Douala et à Yaoundé. Parmi ces espaces d’épanouissement de startups qui ne peuvent pas toujours se permettre d’avoir leurs propres sièges, l’on peut citer entre autres Brain Booster, Mapubi Coworking, ActivSpaces, O’Botama, Ecolia Labs et IT Kola. Pour en savoir plus, nous sommes allés à la rencontre d’Yves Cédric NTSAMA. Enseignant et ex Volontaire international de la Francophonie, il a fondé l’association Ecolia Labs avec pour mission de stimuler et d’accompagner l’innovation technologique dans l’éducation au Cameroun. Ladite association a ouvert dans la capitale politique, un espace de coworking dédié aux entrepreneurs.

Starter : En quelques mots Yves, qu’est-ce que Ecolia ?

Yves : Ecolia Labs est un espace de démocratisation des nouvelles technologies pour aider les jeunes Camerounais à développer des compétences digitales et entrepreneuriales, afin de créer des entreprises innovantes. Il inclut un incubateur de startups, un centre de formation aux métiers du numérique et un espace de Coworking.

Starter : Comment vous est venue l’idée d’ouvrir un Coworking Space ?

Yves : Pendant mon séjour en Bulgarie à Sofia, la capitale, les jeunes entrepreneurs dont je faisais partie avaient l’habitude de se réunir dans des espaces bien aménagés et équipés d’internet, pour développer leurs projets, partager leurs expériences et échanger leurs carnets d’adresses, ce qui contribuait à booster la dynamique entrepreneuriale de cette ville. De retour au Cameroun, j’ai voulu partager avec mes compatriotes ce que d’autres jeunes font de positif ailleurs.

Starter : Pourquoi le Coworking connait-il actuellement un fort engouement ?

Yves : Je pense que les jeunes au Cameroun recherchent un environnement qui leur permette de stimuler leur créativité et de s’inspirer mutuellement, un espace qui offre une ambiance plus propice au travail tout en offrant un cadre plus agréable.

En plus, un espace de Coworking est un lieu de travail pas cher. Le coût pour profiter d’un espace de Coworking est partagé entre les coworkers, donc cela revient moins cher que de louer un local ou un bureau. Plusieurs équipements professionnels tels que le WiFi, un vidéoprojecteur, une imprimante et une salle de réunion sont accessibles.

Starter : Quels leviers permettraient de développer davantage le Coworking au Cameroun ?

Yves : Le phénomène de travail collaboratif au Cameroun et en Afrique évoluera extrêmement vite, et s’adaptera aux besoins de ses utilisateurs. C’est pourquoi j’estime que les autorités doivent faciliter son développement en agissant sur 03 axes :

- La labélisation d’un réseau de Coworking à l’échelle nationale : afin de définir un standard et des normes à respecter en termes de création d’espaces de Coworking au Cameroun ;

- L’intégration par l’administration Camerounaise des pratiques de Coworking, afin de favoriser le partage de valeurs telles que le travail collaboratif et l’innovation ;

- Le lancement d’un appel à projets de création de Coworking au Cameroun, afin de soutenir les espaces de Coworking à fort impact économique et social.

x
Lire