Éduquer les camerounais à la consommation du vin

L’économie, le management, l’entrepreneuriat et le marketing sont les divers domaines entre lesquels oscille ce camerounais. Michael MENGA, puisque c’est son nom, met aujourd’hui son expérience au service de la marque Spirivins Expo.  D’ailleurs, il est le Délégué Général de la Foire Internationale aux Vins et Spiritueux, annoncée au Cameroun pour la fin d’année. Au programme de l’échange qui va suivre, événementiel et marché du vin.

Starter : La Foire internationale aux vins et spiritueux est un concept nouveau, tel que nous l’avons appris. Qu’est ce qui a favorisé la naissance de cette idée ?

Michael : Plusieurs indices comme une démographie favorable, une urbanisation accélérée et une classe moyenne grandissante, ne trompent pas sur l’immense potentiel du continent africain en général et de la sous-région Afrique Centrale en particulier. Les dépenses des consommateurs africains de la sous-région devraient atteindre 500 millions de dollars en 2020 et de plus en plus d’africains disposent pour la première fois de véritables revenus disponibles pour la consommation des vins et spiritueux.

Toutefois, repérer et identifier les opportunités de croissance dans un environnement commercial compliqué, informel, parfois obscur et dépourvu d’informations fiables reste un enjeu de taille et c’est le mobile sur lequel nous sommes partis mon équipe et moi, pour faire venir cet évènement  au Cameroun. Il faudrait rappeler que des foires internationales consacrées aux vins et aux spiritueux sont et ont déjà été organisées dans plusieurs continents. Il est donc question d’éduquer les consommateurs sur les vins et spiritueux, de lutter contre la contrefaçon, et aider aussi les producteurs, distributeurs, importateurs de vins et spiritueux et cavistes à mieux faire des affaires.

Starter : Parlons de la qualité des exposants. Qui peut exposer à la Foire aux vins ? Ils seront essentiellement locaux ou viendront-ils également de pays étrangers. Si oui, lesquels ?

Michael : Pour ce qui est des exposants, il faut dire que la foire a pour cible des personnes physiques et morales dont la fonction est de : produire et commercialiser des vins et/ou des spiritueux. Des personnes qui ont une activité reconnue dans le secteur comme importante, du fait de la gamme de produits présentés, du chiffre d’affaires réalisé et de leur activité au niveau national et international. Elles doivent appartenir aux catégories suivantes : négoce de « Place de Production » de vin, production de vins tranquilles et effervescents, production de champagne, production de spiritueux, coopératives vinicoles.

Les organismes officiels dont l’activité est de promouvoir les vins et spiritueux en Afrique et sur les autres continents y trouveront  également leur place ainsi que les représentations diplomatiques qui souhaitent mettre en exergue les producteurs de vins et spiritueux de leurs pays respectifs sans oublier les cavistes, les agences logistiques spécialisées dans le transport des vins et spiritueux ainsi que les restaurateurs, les écoles d’hôtellerie parce que la gastronomie est aussi un secteur très sollicité par les consommateurs lorsqu’on parle des vins et des spiritueux.

Starter : Que prévoit le programme de l’évènement ? Nous savons qu’il se tiendra du 06 au 12 Décembre 2017.

Michael : Pendant 6 jours, le site de l’évènement accueillera près de 9000 visiteurs camerounais, africains et étrangers qui viendront pour découvrir le monde des vins et des spiritueux, ainsi que les professionnels des secteurs. Tout ceci se fera autour d’activités diverses que sont les concours de dégustation, la rencontre des œnologues et sommeliers, des conférences et tables rondes sur les vins et les spiritueux.

Bref, pendant 6 jours, les visiteurs assisteront à plusieurs démonstrations de professionnels, aux séances de dégustation, aux ateliers de formation sur le vin et le spiritueux. Il y aura des journées entreprises, des journées écoles, des moments réservés aux cavistes, aux maitres d’hôtels et, surtout, il y aura une riche animation teintée de jeux divers qui permettront aux visiteurs de remporter des lots et de faire des achats  de qualité à de très bon prix.

Starter : Le Cameroun n’a pas exactement une culture œnophile, sauf si vous pouvez nous expliquer le contraire. Comment comptez-vous faire en sorte que les camerounais s’intéressent au concept?

Michael : Notre objectif comme signalé plus haut est surtout de créer un cadre d’éducation, de promotion et d’affaires dans un secteur de l’économie. Les Camerounais ou les populations d’Afrique Centrale doivent progressivement migrer de la consommation abusive de la bière vers le vin par exemple, qui est plus noble avec parfois « des vertus ». Les hommes d’affaires ou importateurs doivent pouvoir également être en contact direct avec les producteurs pour dénicher de nouvelles opportunités.

Starter : Comment décririez-vous le marché des vins et spiritueux au Cameroun ?

Michael : Le marché Camerounais des vins et spiritueux est évalué à plus de 195 Millions d’Euro avec une croissance de l’ordre de 5 à 6% par an. Malheureusement, il est principalement ravitaillé par des importations, le premier pays de provenance étant la France. On note aussi une entrée régulière des produits de la contrefaçon, malgré les efforts des pouvoirs publics et des organisations patronales du secteur. La production locale est très faible et peu de Camerounais y accordent de la confiance. C’est pour cette raison que la foire s’adresse aussi aux entreprises camerounaises qui doivent saisir cette plateforme pour s’exprimer sur la qualité de leurs produits et booster la vente.

Starter : Pourquoi avoir choisi le Cameroun comme terre d’accueil pour  cet évènement et pas un pays comme la Guinée Equatoriale, que nous connaissons comme grand pays exportateur de vins et spiritueux ?

Michael : En lien avec les grands centres urbains du continent et du monde, la ville de Douala occupe une position géographique stratégique en Afrique Centrale. Elle est facilement accessible et bien desservie par l’Aéroport international de Douala, la liaison ferroviaire pour ceux des pays voisins qui souhaiteraient transiter par la région septentrionale du pays, le Port Autonome de Douala est aussi à leur portée  et un réseau routier efficace. Par ailleurs, contrairement à ce que l’on peut penser, le Cameroun est un grand pays de consommation de vins et de spiritueux et est par ricochet le poumon économique de la sous-région et en tant que tel, il est donc évident que pour accueillir une foire spécialisée d’une telle ampleur dans la sous-région, penser au Cameroun est un réflexe.

Starter : Un mot de fin pour nos lecteurs ?

Michael : Nous invitons les exposants qui trainent encore le pas à venir réserver leurs stands car Exposer  à notre foire c’est nouer de meilleurs contacts commerciaux, tenir un dialogue direct avec les clients potentiels et saisir en temps réel, les potentialités du marché. Pour plus de renseignements, les potentiels exposants, les partenaires et les futurs visiteurs peuvent se rendre sur notre site internet www.spirivins-expo.com où ils auront le Catalogue, l’offre commerciale et la fiche de souscription relatifs à l’évènement.

Contacts

Téléphone 1: (+237) 243 385 461

Téléphone 2: (+237) 666 618 180

Téléphone 3: (+237) 675807794

Email: info@spirivins-expo.com

MY HAIR DONE EVERYWHERE

x
Lire