Le développement personnel, arnaque ou coup de pouce ?

Dans nos grandes villes camerounaises, des sessions ou activités de développement personnel sont de plus en plus organisées. Une mouvance qui suscite des réactions très disparates. Mais en fait qu’est-ce que le développement personnel ? Est-il réellement utile ? Tout le monde en a-t-il besoin ? Y’a-t-il plusieurs formes de développement personnel ? Mais plus encore,  pourquoi cette croissante popularité du contexte principalement chez les jeunes ?

Développer son potentiel en XYZ points

En psychologie, le développement personnel est un ensemble d’idées, de méthodes et d’actions qui contribuent, pour une personne, à la connaissance de soi ; et ceci dans le but de développer ses talents et son potentiel. Ce qui apparait en fait comme une thérapie pour les personnes qui manquent de confiance en elle, ou alors qui n’ont pas encore sur trouver le déclencheur ou le catalyseur de leur talent/potentiel. Cette définition induit par ailleurs que le « thérapeute » ait la capacité de trouver pour celui dont il s’occupe une formule qui lui correspond, Un peu comme une ordonnance. Par ailleurs, pour des idéalistes plus centrés sur la réussite (carrière, amour, challenge, etc.), le développement personnel peut aussi être la recherche de l’épanouissement d’une personne qui veut échapper à un système de contraintes qui semblent définir son itinéraire dans la vie. Il va sans dire qu’à ce niveau, l’exercice ne requiert plus uniquement un travail psychologique, mais aussi spirituel (pas religieux). Et par ailleurs on ne peut s’empêcher de penser que les approches sont forcément multiformes.

Le développement personnel, à quoi sert-il réellement ?

Mais questionnons donc l’utilité du développement personnel, qu’apporte-il en réalité lorsqu’il est pratiqué ? Le moins qu’on puisse dire est que le développement personnel a une utilité fortement liée aux besoins ou objectifs de son pratiquant. Ainsi, s’il faudrait mesurer son importance sur la base de l’atteinte des objectifs, nous dirons que le développement personnel a des obligations de résultat pour celui qui y a recours. Etant donné qu’il y’a divers objectifs (les êtres humains étant ondoyants et divers), alors il y’a divers attentes, procédés, et divers outils. Selon les techniciens du développement personnel, celui-ci permet de surmonter des défauts tels que la colère, la faible confiance en soi, ou encore l’expression en public. La relativité de ces plus-values nous amène aussi à nous demander s’il existe des formules toutes faites pour surmonter une faiblesse. D’autres personnes disent avoir recours au développement personnel, non pas pour éliminer une faiblesse, mais simplement pour améliorer leur vie. Dans ce cas de figure précis, il s’agit généralement d’une combinaison entre bien-être et réussite professionnelle. En somme l’utilité du développement personnel serait donc de permettre à son pratiquant de gravir les échelons de la pyramide de Maslow.

Tout le monde aspire à quelque chose de mieux dans sa vie, et donc la pyramide de Maslow est un parcours universel –mais à divers niveaux d’appréciation-. Alors est-il raisonnable de penser que tout le monde a besoin de développement personnel ? Au sens large du terme, ce serait cohérent de le penser. Mais en réalité, le développement personnel étant à la fois des idées, des méthodes et des actions, fortement liées aux capacités naturelles d’une personne, ainsi qu’à ses objectifs propres, la notion de développement personnel se dilue un peu dans celle de course à la réussite, dès qu’on est plus en mesure de se limiter à l’essentiel. Tout le monde n’a pas besoin de passer par la même case, ou alors tout le monde n’a pas besoin de se servir des mêmes moyens pour se développer. Ce qui nous ramène aux promoteurs du développement personnel. Généralement appelés coaches ou motivateurs, ou encore facilitateurs, ils proposent des sessions de formation, de discussion, des conférences qui sont susceptibles de contribuer au développement personnel des participants. Il s’agit souvent de connaissances acquises dans des livres d’hommes à succès, d’expériences personnelles ou simplement de science pour ceux des coaches qui restent scientifiques. Néanmoins le recours au développement personnel dans nos milieux étant fortement lié au besoin de réussite personnelle, nous nous interrogeons sur la qualité et même la compétence des coaches. En effet, si nous considérons qu’une personne veut donner les clés de la réussite à ses pairs, il serait logique d’observer autour de lui une réussite apparente. Ce qui n’est pas forcément le cas pour une grande majorité de promoteurs. Néanmoins notre réserve reste objective, car en considérant de nouveau la pyramide de Maslow et sa hiérarchie des besoins, il faut conclure que l’accomplissement de soi, lorsque le gagne-pain n’est pas encore un acquis c’est du contre-sens.

Le développement personnel peut se cacher sous plusieurs formes, à la suite des théories psychologiques datant de la fin du 19e siècle (avec Carl Gustav Jung, psychiatre suisse ou Alfred Adler, psychothérapeute autrichien), Plusieurs courants théoriques se sont succédés, mais étaient principalement proposés par des psychologues et psychothérapeutes. Leur introduction dans la vie macro et micro économique est le catalyseur de leur expansion sur plusieurs couches sociales. Il ne s’agissait pas encore de réussir en tant qu’entrepreneur ou créateur de richesses, mais principalement de circonscrire les opportunités dans le strict domaine de la capacité d’une personne à les saisir. C’est en effet avec le caractère économique du développement personnel que sa pratique s’étend des entreprises vers les individus.

Une extension qui se précise dans notre génération et notre environnement. En effet en Afrique et précisément au Cameroun, la jeune génération a soif de réussite. Tous les moyens pour y parvenir n’étant pas forcément accessibles, le développement personnel sous sa forme la plus affichée est devenu un bien qui se consomme brut et sans mesure (parfois avec des allures de culte). Une attitude qui en soi n’a rien de dévalorisant mais les résultats restent très discutables. Un résultat générique dans le cas d’un carriériste serait forcément un parcours professionnel exemplaire. Et dans le cas d’un individu qui veut juste améliorer sa personnalité, le résultat générique serait sa capacité à se maitriser et maitriser son environnement lors des situations difficiles et contraignantes. Mais rien ne permet d’affirmer que ceci se ferait uniquement grâce au développement personnel.

En somme le développement personnel, concept à large spectre qui touche plusieurs niveaux de la population, n’est pas en lui-même un concept inutile et inefficace, tout au contraire. Mais il semblerait que sa maitrise échappe encore à bon nombre de pratiquants, ce qui cause une perception dévalorisante pour ceux qui observent ce phénomène d’un œil sceptique.

Car Wash Mr Propre

x
Lire