S’organiser : je suis accro aux listes

Etant donné que la gestion de tout projet nécessite un minimum d’organisation, mon addiction aux listes peut ne pas paraître problématique à première vue. Erreur. Quand ce qui est censé vous faire gagner du temps devient ce qui vous en fait perdre, vous convenez qu’il y a un problème.

A la base, les « listes de choses à faire » permettent de se rappeler toutes ses tâches et dans les cas extrêmes, de rattraper ce qu’on aurait oublié. Je ne saurais dire à quel moment faire des listes est devenu une lubie me concernant, mais ça l’est. Je suis passée des listes hebdomadaires aux listes quotidiennes. Je note mes rendez-vous, les points qui doivent être abordés, les grandes lignes (et même les petites) du travail que j’ai à réaliser, etc. Et il m’arrive de reprendre une liste 1 ou 2 fois dans la même journée, simplement pour le plaisir d’écrire et me représenter ma journée entièrement planifiée dans ma tête. Résultat : je perds le temps consacré à faire mon travail pour écrire que je dois faire ce travail. Ironique, je sais.


Il faut préciser que je suis une inconditionnelle du papier et du stylo donc bien qu’ayant essayé, je n’ai jamais accroché avec les agendas, mémos et autres applications à disposition dans mon smartphone.

J’essaie toujours de me débarrasser de cette habitude qui m’handicape plus qu’autre chose mais qui m’a néanmoins permis d’apprendre ceci : trop d’organisation tue l’organisation !

Starter Mag recherche des contributeurs