Comment des africains ont innové dans la santé en 2016

Le Prix de l’innovation pour l’Afrique 2016 de l’African Innovation Foundation (AIF), a révélé une fois de plus l’ingéniosité africaine dans la prise en charge de certaines pathologies de santé publique.

En effet, le sacre de cette compétition a été décerné en faveur de solutions innovantes présentées par le docteur Imogen Wright (une scientifique sud-africaine), le docteur Valentin Agon du Bénin et Eddy Agbo (un ingénieur nigérian).


Valentin Agon, Bénin : Api-Palu

Valentin Agon a gagné le premier prix d’une valeur de 100 000 dollars de la Fondation africaine pour l’innovation pour Api-Palu, le médicament qu’il a développé. Api-Palu est un médicament antipaludique développé à partir d’extraits de plantes naturelles. Il est beaucoup moins coûteux que les médicaments antipaludiques disponibles et possède un effet inhibiteur sur les souches 3D7 du Plasmodium falciparum, l’agent à l’origine du paludisme. Il est disponible sous forme de comprimés, de capsules ou de sirop. Le médicament a été approuvé au Bénin, au Burkina Faso, au Tchad et en République Centrafricaine.

Dr Imogen Wright, Afrique du Sud : Exatype

Une fois de plus, le monde a reconnu le mérite de la femme africaine en matière d’innovation et de proposition de solutions en faveur du bien-être collectif. Exatype est une solution logicielle développée par la scientifique Imogen Wright, et qui permet aux professionnels de la santé de déterminer à quels antirétroviraux (ARV) leurs patients séropositifs seraient le plus sensibles. Exatype traite les données très complexes produites par le séquençage ADN avancé « nouvelle génération » de l’ADN du VIH dans le sang d’un patient. Par l’intermédiaire d’un rapport simple, il détecte les médicaments auxquels le patient sera résistant et les met en évidence afin qu’ils soient évités pour assurer la réussite de son traitement. Le Dr Imogen Wright s’est vue décerner le 2e prix de l’innovation, d’une valeur de 25 000 dollars pour sa solution logicielle Exatype.

Dr Eddy Agbo, Nigéria : Test de dépistage du paludisme par les urines (UMT)

Le Prix de l’impact social, d’une valeur de 25 000 dollars, a été décerné à Eddy Agbo, un ingénieur nigérian en biologie moléculaire. Il a inventé un test de dépistage du paludisme par les urines, un simple kit qui détecte le paludisme en moins de trente minutes grâce à un test d’urine. Ce test vient donc remplacer le test sanguin traditionnel qui prend bien plus de temps.

Ces progrès témoignent une fois de plus que l’Afrique, bien loin des clichés qu’on lui présente à l’international, reste un grenier de savoir avec des africains plus que conscients et déterminés à être le changement qu’ils souhaitent voir.

Starter Mag recherche des contributeurs