Le business de Make-Up Artist en freelance au Cameroun

Dans l'immense toile du marché de la beauté, il y a le maquillage. En tant que pratique, il tend à être désigné par sa denomination anglaise « make up ». Entre 2014 et 2015 au Cameroun, de nombreuses jeunes femmes (et d'hommes parfois) se sont lancées dans la commercialisation de cet art. Les Make Up Artists (MUA) surfent sur le besoin des femmes d'être spécialement belles pour faire du profit. L'intérêt de Starter se porte sur l'aspect « business » de l'affaire. Est-ce un phénomène de mode, de la hype, ou au contraire est-ce une véritable opportunité de créer de la valeur ?

Nous avons rencontré quelques MUA en freelance qui ont accepté de nous confier les clés de ce business. Nous avons exploré l'offre, les services annexes, la clientèle, les motivations, les canaux de communication, le profil des MUAs camerounaises, le développement du business, etc. L'objectif : élaborer une vue d'ensemble qui leur permettra d'améliorer leur percée sur le marché, mais aussi offrir quelques éléments à toute personne souhaitant entreprendre dans ce sous-secteur. L'étude est strictement qualitative.

L'offre

Être Make-Up Artist c'est proposer des services de maquillage artistique et de mise en beauté du visage à l'aide de cosmétiques. Être Make-Up Artist en freelance, c'est exercer cette activité sans disposer ou appartenir à un institut fixe. Les freelances jouent solo. Elles choisissent qui & quand elles maquillent, et elles vont directement où se trouvent leurs clientes.

Concernant le pricing, chaque MUA fixe son tarif en fonction de la qualité de produits qu'elle utilise et surtout du positionnement qu'elle a adopté. En moyenne, elles font payer le service entre 15.000 F et 20.000 F.

Généralement, un(e) MUA ne vend pas uniquement son service de maquillage. Ceux ou celles qui proposent ce service essaient de maximiser leur profit avec des services supplémentaires. C'est le cas pour la MUA Joëlle Orchidée qui, en plus de maquiller, coiffe parfois ses clientes. C'est également le cas de la MUA Spechelle qui revêt de temps à autre la cape de styliste pour ses clientes.

Make-Up et Coiffure exécutés par Joëlle Orchidée
Make-Up et Coiffure exécutés par Joëlle Orchidée


Nous pensons aussi aux ventes privées, aux cours payants (make-up classes), etc. Dans le genre innovation, la MUA Anyi Asonganyi a développé une marque de produits de beauté à elle. En gros, il est rare qu'une MAU se limite exclusivement au maquillage.

Les huiles OZI by Anyi
Les huiles OZI by Anyi


La demande

La clientèle des MUAs est essentiellement constituée de femmes, même s'il peut arriver qu'on fasse appel à elles pour maquiller des hommes (dans le cadre de shootings photo/vidéo). La pratique du maquillage en tant qu'art n'étant pas à la portée de tout le monde, les services des MUA sont régulièrement sollicités. Réussir parfaitement son contouring n'est pas un exercice simple pour le commun. Cependant, avec la démocratisation d'Internet et des smartphones, elles sont un peu plus nombreuses chaque jour à se désolidariser des professionnelles pour apprendre toutes seules sur YouTube, à l'aide de tutoriels.

En ce qui concerne les occasions de maquillage et donc la force de la demande, les MUA sont sollicitées pour les sorties en soirée et les anniversaires. Elles interviennent également pour les mariages où elles maquillent Mariée et parfois filles d'honneur. De temps à autre, des studios photos et des agences événementielles font appel à elles pour mettre en beauté les modèles et les hôtesses.

La MUA Spechelle en action
La MUA Spechelle en action

 

La fin d'année est visiblement la période où la demande est la plus forte. Décembre 2015, la MUA Audrey Keou (MakeUp237) nous confie avoir maquillé non stop tous les weekends lors des fêtes.

Les canaux de communication

Il y a rarement une stratégie de communication qui sous-tend les actions des freelances de la beauté. Disons le, leurs terrains de jeu favoris sont les réseaux sociaux, notamment Instagram et Facebook. Elles y partagent au quotidien des images de leur travail, et c'est via ces réseaux qu'elles sont contactées par les clientes. Toutefois, l'utilisation des réseaux sociaux comme vitrine ne réussit pas de la même manière à toutes. Quand certaines MUA comme Joëlle Orchidée cumulent une moyenne de 300 likes par post, d'autres peinent à se construire une audience. Pour celles-là, il existe le bouche à oreilles qui marche aussi très bien.

Quelques unes s'essaient sur le terrain avec l'événementiel, l'organisation occasionnelle de make-up tours, etc.

Être une MUA, c'est pas tous les jours facile

À la question de savoir quels sont les obstacles rencontrés quant au fait d'exercer l'activité de maquillage artistique en freelance, Audrey Keou nous a répondu ce qui suit.

 « Travailler en freelance n’est pas chose facile surtout dans un domaine aussi embryonnaire au Cameroun. Il n’est pas encore encré dans nos cultures de se faire maquiller par un(e) MUA à chaque occasion qui se presente dans l’année. C’est une activité sollicitée pour des occasions spéciales ; donc en vivre peut s’avérer très challenging. Je n’ai pour le moment pas d'équipe avec moi donc je ne peux courir qu’après une cliente à la fois. Pour le mois de Décembre, un mois phare de l’année ou la profession fleurit, j’ai une capacité très reduite à fournir mes services au plus grand nombre et c’est bien dommage. Heureusement, entre MUAs, on se connait, on se cotoie pour certaines et avons la possibilité de travailler ensemble ou de recommander les unes et les autres si besoin est pour couvrir la demande. Sinon, travailler en freelance a ses avantages surtout pour celles qui n’en font pas leur seule activité. On a bien evidemment la liberté de gérer son emploi du temps comme bon nous semble et on est aussi maitre de nos decisions. Avant d’être une activité lucrative, c’est tout d’abord une passion, donc un bonus. »

La MUA Audrey Keou (Makeup237) maquillée par elle-même
La MUA Audrey Keou (Makeup237) maquillée par elle-même

 

Le profil des Make-Up Artists camerounaises

- Elles sont dans la vingtaine

- Peu d'entre elles ont fait des études esthétiques particulières

- L'apprentissage se fait sur le tas, en observant, en s'exercant, en s'aidant de tutoriels. Spechelle par exemple se définit comme totalement autodidacte. Au fil du temps, à force de travailler aux côtés des meilleurs dans le domaine et avec son excellente mémoire visuelle, elle a pu développer sa passion.

- Le « business » débute souvent par un(e) proche qui remarque qu'elles sont douées pour se maquiller elles-mêmes et les encouragent à approfondir

- Elles sont nombreuses à n'exercer cette activité qu'en parallèle, pour arrondir les fins du mois.

Maquiller en freelance est en somme une activité difficilement lucrative car elle est occasionnelle et, de plus, la maquilleuse solo ne peut pas répondre à la demande à 100%. Même si proposer des services de maquillage permet clairement de faire du profit de temps à autre, il n'est pas aisé d'en vivre.

Agrémenter son business avec des services supplémentaires tels que les ventes privées et les Make-Up classes devient donc capital pour un(e) MUA. Encore que, c'est un peu du cannibalisme marketing d'enseigner à ses clientes les secrets du maquillage, sachant qu'elles ne solliciteront plus vos services lorsqu'elles en auront la maîtrise. Pour cette raison, assurez-vous d'être toujours plus innovant(e)s dans les arts et techniques du maquillage.

Visuel d'une Make-Up Class organisée par Anyi
Visuel d'une Make-Up Class organisée par Anyi

 

Crédits Photos : Spechelle, Makeup237, Anyi Asonganyi, Joëlle Orchidée.

MY HAIR DONE EVERYWHERE

x
Lire